EPR et débat présidentiel

EPR, 3° ou 4° génération, pendant le débat télévisé des élections présidentielles flottait comme une vague imprécision à ce propos. Mais, plus embêtant, ce que recouvrent ces trois lettres était, là, totalement inconnu. EPR = european pressurized reactor, c’est le terme « pressurisé » qui nous intéresse ici, parce qu’il recouvre une notion physique simple qui devrait nous aider à retenir comment fonctionne un tel réacteur.

La terminologie d’abord, on parlait avant de REP = réacteur à eau pressurisée (ou pour les connaisseurs PWR = pressurized water reactor). Et pourquoi parle-t-on d’eau pressurisée ? Si l’on comprend cela, on retient le fonctionnement du réacteur dans son ensemble.


Le circuit rouge est le circuit à eau pressurisée. C’est lui qui récupère la chaleur du réacteur à fission de combustible d’uranium (en rouge à gauche) : on parle d’eau caloriportrice = porteuse de la chaleur, à 300-320°C dans un réacteur nucléaire. Le circuit rouge réchauffe le « ballon bleu » au centre, rempli d’eau : un peu comme lorsque vous touchez votre radiateur, votre main se réchauffe (et le radiateur chauffe la pièce), les tuyaux d’eau du circuit rouge réchauffent l’eau du circuit bleu.

Alors maintenant la question-clef : avez-vous déjà vu de l’eau à 300°C ? Non, car à température ordinaire, elle est devenue vapeur d’eau dès les 100°C. Pour avoir de l’eau liquide à 300°C, il faut qu’elle soit sous pression  (loi de Clapeyron, le changement d’éta se fait suivant  une courbe en p/T, p étant la pression et T la température, voir aussi le diagramme de phases ou diagramme de Clapeyron). C’est pourquoi le circuit rouge est un circuit à eau pressurisée, à 155 bars (soit 155 fois la pression atmosphérique), d’où le nom REP, et par analogie EPR.


Une bonne image animée sur Wikipedia {{en}}


Pour ceux qui souhaitent approfondir : Pourquoi 320°C pour ce circuit primaire et pas plus ? Je suppose : parce que le point critique de l’eau est à peine au-dessus, à 374°C, et qu’à partir de cette température on ne distingue plus l’état gazeux de l’état liquide (merci à Benjamin Bradu de nous avoir remémoré ces notions de diagramme des phases, de point triple, de point critique dans son article BibNum sur Kamerlingh Onnes prix Nobel de physique 1913)

5 comments for “EPR et débat présidentiel

Comments are closed.